Schlagwort-Archive: Amplifikation

(In)visibilité et amplification – fortifier les voix féminines dans la recherche

Un séminaire de réflexion organisé le 26 février 2019 à l’Institut d’Etudes Avancées de Paris a mis en mire la place des femmes dans la recherche. Les résident(e)s ont partagé leurs pensées sur ce sujet entre autres avec des ancien(nne)s résident(e)s et avec Marie-Christine Lemardeley, adjointe à la Maire de Paris, ancienne présidente d’université et professeure en études anglophones à la Sorbonne Nouvelle.[1]

La question de la visibilité et de la reconnaissance des femmes dans la recherche et dans la vie académique est virulente et actuelle à la fois – elle s’articule en grand et en détail. La problématique est complexe à saisir et à décrire, elle se manifeste sur une subtile échelle allant de l’évident au caché, du dit au non-dit, mais pensé (in)volontairement ou du moins sous-entendu.

Le sujet fait partie de notre vie académique de tous les jours, il est quasiment omniprésent. Il suffit d’ouvrir les yeux. Récemment, j’y fus confrontée à la lecture d’une évaluation sur un (excellent) projet de recherche commun proposé par deux chercheurs, un homme et une femme – tous les deux des éminents représentants de leurs disciplines. La femme avait un curriculum plus fourni, plusieurs grands projets de recherche conduits avec succès et un considérable financement tiers dans un centre de recherche dirigée par elle ainsi qu’une liste de publications internationale et exemplaire. L’auteur de l’évaluation, un collègue « senior », fit dans son évaluation du projet dans la partie consacrée à l’expertise des demandeurs du projet, un long éloge de son homologue masculin, – et il se contenta, au sujet de la collègue féminine, d’une seule phrase, notant qu’elle était « très expérimentée dans l’exécution de grands projets ». Point, Madame, dans la cuisine (scientifique) sait manier ses casseroles – la disproportion était évidente, si voulue ou non, cela n’est pas vraiment la question. La question touche plutôt une façon d’être, un « état d’esprit » ou, comme on dirait en allemand, une « Haltung », qui doit être apprise, adressée et même apprivoisée.

Elle touche aussi au phénomène de la visibilité et – à l’inverse, depuis toujours, – de l’invisibilité des femmes dans la recherche. Nous connaissons tous/toutes quelques noms iconiques de femmes dans l’histoire de la recherche occidentale dont on n’a pas, peu ou trop tard reconnu l’excellence scientifique. Mais, il y en a des milliers d’autres dont les voix ne furent et ne sont pas vraiment entendues aujourd’hui. La question de l’invisibilité des femmes de la recherche a été notamment adressée par les projets de Nathalie Heinich et plusieurs tribunes publiées dans la presse.[2] Il est, en effet, important de réfléchir dans une dimension plus diversifiée, englobant une approche incluant la question du genre, des minorités et le fait que les acteurs de l’invisibilisation des femmes ne sont pas exclusivement masculins. Nadia Fartas note dans une contribution pour le carnet « Commencer » sur la plateforme hypotheses :

« Il ne s’agit donc pas de défendre une spécificité « féminine » (approche différentialiste) mais d’affirmer avant tout la reconnaissance de compétences et la légitimité de recherches, quel que soit le genre de leur auteur (approche universaliste). Du reste, toutes ces tribunes invitent à leur manière à la vigilance et à la solidarité. »[3]

Christine de Pisan, ‘Le chemin de long estude’, BL, Harley 4331, fol. 189v (détail)

Le dernier point me semble important : vigilance et solidarité. Il s’agit donc de développer à partir de là, des réponses nous permettant de rendre conscient et de répondre aux défis quotidiens de l’invisibilisation (ou même de l’ignorance) des femmes dans le milieu scientifique. Cette invisibilisation des femmes et des minorités touche bien sur aussi d’autres domaines en dehors de la vie scientifique, comme le monde des affaires, le monde juridique ou politique. Ces derniers ont développé des techniques qui peuvent aussi s’avérer utiles dans le monde de la recherche. Une de celles-ci, développée il y quelques années sur la toile de fond des inégalités de genre, est ce que l’on désigne comme « amplification » – une pratique collaborative où il s’agit de rendre une voix féminine audible par la répétition / reprise faite par un tiers (dans la salle, par écrit etc.). Cette méthode, appliquée entre autres au sein de l’administration de Barack Obama,[4] est facile à apprendre et à appliquer. Bien sûr elle n’est qu’un élément dans la mosaïque des améliorations possibles, mais elle est non agressive, participative et efficace.

L’amplification part de l’observation que souvent les idées formulées par des femmes par exemple lors d’une réunion ne sont souvent pas entendues (en allemand, le verb « überhören » est plus exact – entendre, en « passant dessus » – c’est-à-dire, en fait, ne pas [vouloir] entendre), et puis peu de temps après reformulées par des hommes et présentées comme les leurs. La technique suggère de répéter immédiatement une observation pertinente faite par une femme – d’amplifier donc sa voix et de lui donner le crédit de l’idée formulée. La répétition et l’attribution de l’idée originale peut bien-sûr aussi se faire comme écho lors d’une reformulation masculine ultérieure, quasiment comme pansement réparateur. Ce qui est intéressant pour la communauté scientifique, c’est qu’elle peut aussi être adaptée pour l’écrit – citer les femmes pour rendre leur voix (écrites) plus visibles et donc amplifier leur impact dans le monde scientifique.

Amplifier ne constitue à mon avis pas seulement dans la technique de la reformulation (ou de l’echo) de la voix féminine, mais aussi dans le reprise neutre et/ou rectification de la parole d’autrui sur les femmes en recherche – notamment quand, dans un contexte scientifique, une chercheuse (approchant la quarantaine par exemple) est désignée comme jeune ou charmante; il s’agira là de recentrer le débat sur l’expertise de la collègue et d’amplifier celle-ci.

De façon idéale, cette méthode peut (et devrait) aussi bien être appliquée par des femmes que par des hommes. Je la pratique régulièrement et j’y sensibilise dans les programmes de mentoring auxquels je suis affiliée. Elle peut être exercée de façon proactive par exemple lors de la présidence d’une conférence ou d’une modération d’une réunion, où la personne en charge de la discussion veille à l’équilibre des voix et encourage les femmes (et d’autres minorités) à faire usage de la leur. On veillera aussi à ce qu’on ne leur coupe pas la parole, les ignore lorsqu’elles signalent le désir de parler ou que d’autres commencent à chuchoter or parler d’autre chose lorsqu’elles prennent la parole. Et pour revenir à mon exemple de départ, il s’agira aussi à veiller à ce que les voix féminines soient consciemment prises en compte, respectées et adressées, et de renvoyer, par exemple,  – si l’on est en position de le faire –  le texte à l’auteur en lui demandant de repenser et reformuler le passage en question dans son évaluation.

[1] Un rapport du séminaire sera publié sur la page web de l’IEA de Paris: https://www.paris-iea.fr/fr/ .

[2] Cf. par exemple Nathalie Heinich, « L’invisibilisation de la pensée des femmes, l’autre  plafond de verre » », Le Monde, 9 novembre 2018: https://www.lemonde.fr/idees/article/2018/11/09/la-pensee-des-femmes-est-elle-vraiment-invisible_5381076_3232.html.

[3] Nadia Fartas, « Discriminations, invisibilité et “invisibilisation de la pensée des femmes” », Carnet de recherche Comment commencer ?, novembre 2018 : https://commencer.hypotheses.org/1658

[4] Laurie Vazquez, « “Amplification”: The Clever Method Women in the White House Use to Be Heard », Big Think, 15 septembre 2016: https://bigthink.com/laurie-vazquez/how-women-in-the-white-house-make-their-voices-heard ; Seema Sharma, « Gender bias in the workplace: Practical steps to take for change», 9 juin 2017: https://www.mendeley.com/careers/article/gender-bias-in-the-workplace-practical-steps-to-take-for-change/ .