Entre l’Italie et l’Allemagne: Étudier Joseph Furttenbach l’ancien (1591-1667) et la transmission du savoir architectural au XVIIe siècle

Joseph Furttenbach, l'ancien (1591-1667)

Joseph Furttenbach, l’ancien (1591-1667)

Encore un personnage fascinant. Joseph Furttenbach l’ancien (1591-1667) était architecte et un polygraphe dédié aux arts mécaniques, mathématiques et architecturaux; tout comme son contemporain Nurembergeois Georg Philipp Harsdörffer, il peut être considéré comme un acteur clef pour la transmission du savoir en Europe à l’époque de la guerre de Trente ans, et plus particulièrement pour les échanges culturels entre l’Italie et l’Allemagne. Né à Leutkirch, Furttenbach résida jusqu’à sa mort à Ulm, en Allemagne du Sud. Avant de s’établir à Ulm, il passa plusieurs années en Italie, où il étudia le dessin, la pyrotechnique, l’architecture militaire, civile, navale ainsi que l’art de la construction des théâtres, des jardins et des grottes, notamment à Gênes, Milan et à Florence. Furttenbach est l’auteur de nombreux ouvrages sur l’architecture et les sciences mécaniques, mais il signa aussi un récit fort remarqué sur son voyage en Italie, qui l’amena par diverses étapes jusqu’à Rome (« Newes Itinerarium Italiae », Ulm 1627). Furttenbach a su combiner aussi bien le savoir théorique et érudit que l’application pratique de l’architecture dans les domaines les plus divers. Il érigea à Ulm plusieurs édifices et bâtiments, notamment un grand théâtre (1641) et sa maison privée, dotée d’un somptueux jardin avec une grotte à coquillages, d’un cabinet d’art, d’une bibliothèque et d’une collection d’armes.

J. Furttenbach, Architectura privata, Augsburg 1641 (la masion privée de l'auteur à Ulm, Sterngasse 1)

J. Furttenbach, Architectura privata, Augsburg 1641 (la masion privée de l’auteur à Ulm, Sterngasse 1)

Dans une approche philologique et du point de vue de l’histoire culturelle et artistique, il est intéressant de se pencher sur l’œuvre de ce médiateur du savoir architectural entre l’Italie et l’Allemagne à l’époque baroque, notamment sur les processus de transformation de ce savoir par les médias du livre imprimé et du manuscrit et aussi du point de vue de la construction linguistique d’un vocabulaire technique allemand (y compris les emprunts linguistiques venant de la langue italienne). Joseph Furttenbach fut jusqu’à présent peu étudié dans son ensemble et dans une optique interdisciplinaire, la littérature scientifique se penchant surtout sur des domaines privilégiés de son œuvre comme le théâtre, les machines, les jardins ou des questions spéciales touchant l’histoire de l’architecture ou la mécanique, par exemple. Le domaine des échanges linguistiques et une analyse globale de son œuvre sur la toile de fonds de l’époque baroque restent de là un désidérata que nous aimerions combler par un travail interdisciplinaire entre philologues et historiens de l’art (cf. pour le côté linguistique l’Institut de philologie germanique à Trèves, notamment les travaux d’Anne Jahr, et pour l’histoire de l’art l’équipe de Stephan Hoppe à Munich). Nous comptons intégrer dans ce projet de recherche les nombreux imprimés de l’auteur, mais aussi les actes et documents manuscrits, conservés aujourd’hui dans les archives de la ville d’Ulm.

J. Furttenbach, Architectura civilis, Ulm 1628

J. Furttenbach, Architectura civilis, Ulm 1628

Un tel travail peut aujourd’hui se faire en utilisant les possibilités des humanités numériques – la création d’un portail regroupant les différentes informations et documents sur Furttenbach serait dans ce cadre primordial et éviterait de devoir chercher fastidieusement sur différents sites et pages sur internet. Par exemple, toute l’œuvre imprimée de Furttenbach est en principe accessible sous forme digitale (dans des qualités fort différentes), mais répartie sur plusieurs sites de grandes bibliothèques allemandes et européennes, ainsi que des sites bibliographiques chronologiques ou thématiques, comme le VD17 qui recense les imprimés allemands du XVIIe siècle dans les bibliothèques allemandes. Le réseau digital des grandes bibliothèques suisses (www.e-rara.ch) en possède le plus grand nombre, les imprimés de Furttenbach y sont bibliographiés et digitalisés en excellente qualité, permettant une recherche approfondie et une bonne analyse des imprimés. Mais ces titres (et les liens vers les versions digitalisées) ne sont malheureusement pas (encore) répertoriés sur le portail des imprimés allemands du 17e siècle (VD17), hébergé en Allemagne. Les frontières nationales semblent pour le moment mettre des barrières artificielles à la recherche, et ceci est problématique quand il s’agit d’employer ces sites comme des vrais outils de recherche. Ici aussi, il serait intéressant de réfléchir sur la possibilité d’une communication collaborative entre chercheurs spécialisés dans l’histoire du livre imprimé et les sites en question, afin de compléter ceux-ci et leur donner une meilleure performance et fiabilité, ne fût-ce aussi pour valoriser les informations déjà présentes dans le monde digital. Il serait aussi souhaitable de concevoir un site pour les œuvres allemandes, semblable à celui du portail français architectura (et relié à celui-ci), qui documente les livres d’architecture (manuscrits et imprimés) en France ainsi que ceux écrits ou traduits en français aux XVIe et XVIIe siècles.

Joseph Furttenbach sera le sujet de ma conférence ce soir à l’EPHE/INHA.

Bibliographie (sélection)

Berthold, Margot: Joseph Furttenbach von Leutkirch, Architekt und Ratsherr in Ulm (1591-1667). In: Ulm und Oberschwaben. Zeitschrift für Geschichte und Kunst. Band 33. 1953, 119-179.

Dietzel, Senta : Die Gartenentwürfe Furttenbachs des Älteren. Nürnberg 1928.

Jahr, Anne: Joseph Furttenbach, Architectura civilis. Ulm 1628, Studien zum italienischen Lehnwortschatz des Barock” (Staatsexamensarbeit. Université de Trèves 2010; et projet de thèse de doctorat “Transformations du langage de l’architecture en Italie et en Allemagne à l’époque baroque” ).

Kruft, Hanno-Walter: Geschichte der Architekturtheorie. Von der Antike bis zur Gegenwart. München 1985.

Lazardzig, Jan: Theatermaschine und Festungsbau. Paradoxien der Wissensproduktion im 17. Jahrhundert. Berlin 2007.

Öhmann, Emil: Über den italienischen Einfluss auf die deutsche Sprache bis zum Ausgang des Mittelalters I. Helsinki 1942.

Pfister, Max: Italienische Einflüsse auf die deutsche Sprache. In: Mediterrane Kulturen und ihre Ausstrahlung auf das Deutsche. Marburg 1986, 53-64.

Schütte, Ulrich: “Architectura alla Moderna” und die “Teutsche Manier”. Rubens‘ Palazzi di Genova und die Neuorientierung der Deutschen Architektur bei Joseph Furttenbach der Ä. (1591-1667). In: Lombaerde, Piet (Hg.): The reception of P.P. Rubens’s Palazzi di Genova during the 17th century in Europe: Questions and problems. Turnhout 2002,  143-160.


Diesen Beitrag drucken Diesen Beitrag drucken
This entry was posted in Artikel and tagged , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

4 Responses to Entre l’Italie et l’Allemagne: Étudier Joseph Furttenbach l’ancien (1591-1667) et la transmission du savoir architectural au XVIIe siècle

  1. Dass die Architektur eben nicht nur einen Theorierahmen für konstruktives Wissen enthält, sondern selbst Wissen über graphische und sprachliche Vermittlungen medial und performativ neu verhandelt, erprobt und kommuniziert zeigt das hier vorgestellte Projekt eindringlich. Eine solche Wissensgeschichte der Architektur ist noch ein Desiderat, aber die hier aufgezeigten transdisziplinären Wege der Aufarbeitung sind äußerst interessant und verheißungsvoll.

    Vor allem die Rolle der Ingenieure scheint für die Wissensgeschichte der Architektur weiter zu untersuchen zu sein (http://archidrawing.hypotheses.org/83). Unter den digitalen Sammlungen zu den Medien der Architektur sei hier noch auf eine besonders hilfreiche Forschungsdatenbank der Deutschen Fotothek verwiesen: http://www.architektur-und-ingenieur-zeichnung.de

    • Claudine Moulin says:

      Vielen herzlichen Dank für Ihr Feedback und die Ermutigung in Richtung einer inter- und transdisziplinären Zusmamenarbeit – ich bin überzeugt, dass wir nur so dieses spannende Thema aufarbeiten können. Ihr sehr anregendes Blog dokumentiert das nochmals eindringlich, und Ihr Projekt bietet hier sehr viele Anknüpfungspunkte für die Erschließung der Wissensgeschichte der Architektur. Vielleicht auch ein schönes Thema für einen gemeinsamen Workshop?

      • Da stimme ich Ihnen ganz zu. Dies gilt es unbedingt und sehr gerne im Auge zu behalten. Gerade Furttenbach ist, wie Sie so schön darlegen, eine so vielschichtige und komplexe Figur, dass die Theorien und Konzepte in einem Workshop sicher sehr gut zu diskutieren und auszutauschen wären. Vor allem interessiert mich als Kunsthistoriker besonders wie Sie die mehrsprachige Architekturterminologie von Furttenbach und auch anderer Theoretiker der Zeit aus sprachwissenschaftlicher Sicht beschreiben und bewerten.

  2. Pingback: Entre l’Italie et l’Allemagne: Étudier Joseph Furttenbach l’ancien (1591-1667) et la transmission du savoir architectural au XVIIe siècle | annot@tio | livres allemands - littérature allemande - livres sur l'Allemagn

Hinterlasse eine Antwort

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind markiert *

Du kannst folgende HTML-Tags benutzen: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">